02 98 39 62 25
Fax (sur rendez-vous) :
09 50 04 32 70
Contact Siège social : 5 Hent Meneyer, 29 950 Gouesnac'h, France.
Correspondance : 2 impasse de Kervégant, 29 350 Moëlan sur mer, France.

Nice

Grande ville d’Europe, aux ambitions affichées d’être l’égale de Marseille ou Barcelone, même de Miami, avec laquelle elle est jumelée, cette métropole régionale regroupant 49 communes, est devenue la 5ème ville de France, avec environ 350 000 habitants et compte 35 % de la population du département des Alpes-Maritimes, dont elle est la préfecture.

Un peu coincée dans son expansion entre les collines et la mer, dans une baie magnifique, Nice n’est plus seulement une ville des retraités aisés et des touristes fortunés, mais bien une ville moderne à la population très jeune aussi, que forme les moins de 30 ans pour 34%, et elle compte également de très nombreux étudiants (environ 40 000 !). C’est une ville très vivante, tournée vers l’avenir, où l’on passe de quartiers pittoresques, comme celui du vieux Nice, à la plage, ou bien non loin à la campagne provençale, voire déjà italienne, presque restée assez authentique. Elle fut considérée longtemps comme la ville la plus agréable de France, par les français eux-mêmes. Ville pilote pour de nombreux projets écologiques et environnementaux d’envergure, tout cela au soleil, ceci plus de 300 jours par an !

La ville est marquée par l’art contemporain, et offre de beaux espaces d’exposition, et des musées d’exception, rassemblant les œuvres de Matisse, Chagall, et aussi Yves Klein, et tant d’autres (comme même César, Christo…), qui forment ce qu’on appelle l’école de Nice, ou nouveau réalisme, un mouvement artistique né à la fin des années 1950 et qui perdura jusqu’au début des années 1970, on l’a souvent comparé au mouvement pop art américain. La ville de la lumière continuant d’attirer de nombreux artistes de nos jours, comme les célèbres graffitis de Ben et les sculptures de Bernar Venet.

Bien sûr, il faut évoquer le célèbre et historique Carnaval de Nice, depuis le XIIIe s., qui suit tout un protocole immuable depuis les générations, mêlant les cultes païens romains et les traditions chrétiennes, chaque mois de février, défoulement de la foule, avant le début du carême. Cela se termine sur la place Masséna, aux façades ocre rouges, dans le centre piéton de Nice, avec aussi ses 128 jets d’eau, le miroir d’eau, situé à l’entrée de la promenade.



La place Massena

Nice, la place Masséna, photo de RnDmS / Shutterstock.com



La célèbre Promenade des Anglais, s’étire le long de ses 8 km, dont 2 en plein centre-ville, c’est la grande façade maritime de la cité. Son nom vient des Britanniques qui y avaient leurs villas en bord de mer, à la fin du XVIIIe s., on appela le chemin côtier où ils se promenaient donc ainsi. Pour devenir ce qu’elle est aujourd’hui, il y a eu beaucoup de transformations successives, une route de 2 mètres de large en 1822, puis 4 mètres en 1844, puis plus encore en 1862, où l’on parle alors déjà de promenade, elle est même équipée de becs à gaz pour l’éclairer. Puis c’est à partir des années 1920 et 1930, qu’elle prend sa forme plus ou moins actuelle. Mais souvent des immeubles quelconques remplacent aujourd’hui les belles villas d’époque, la Promenade est toutefois très agréable et ouverte à tous, malgré aussi une circulation assez dense.




La Promenade des Anglais
Baie de Nice



Reste tout de même de belles villas, et quelques beaux vestiges de la Belle Epoque, on pense bien sûr par exemple au palace, Le Negresco, de 1912, sa propriétaire en a fait un vrai musée en soi aujourd’hui, classé aussi monument historique en 2003, il n’abrite pas moins de 6 000 œuvres d’art, notamment de peintres souvent prestigieux, de la renaissance à nos jours.

Les plages sont de galets, sur 8 km, elles sont publiques, gratuites et surveillées et même souvent équipées de douches chaudes et de toilettes, quelques clubs de plage privés aussi, assez chics.

On trouvera à Nice pas moins de 200 hôtels, dont 3 établissements 5* et 34 hôtels 4*, c’est la deuxième zone touristique de France après Paris.
 


Aéroport de Nice
Aéroport de Nice


Son aéroport, situé au bout de la Promenade des Anglais, à 8 km du centre a été principalement construit en étant gagné sur la mer, c’est le deuxième de France avec plus de 12 millions de passagers par an. Il accueille 60 compagnies aériennes venant de plus de 100 destinations du monde, avec ses deux terminaux, il est relié au centre et à la gare TGV par bus express, et urbains, et bientôt aussi par le nouveau tramway.